Signature d'Auguste Lançon

Lançon vu par ...

 Auguste Lançon vu par la ville de Paris

L'hommage de la ville de Paris

Credit : augustelancon.fr

Faut-il, une nouvelle fois, rappeler qu'Auguste Lançon est décédé le 13 avril 1885 à l'hôpital Necker ? Les plaques de la rue comportent une erreur !

Depuis 1893, la ville de Paris honore la mémoire d’Auguste Lançon, (1836-1885) peintre, dessinateur et illustrateur en ayant donné son nom à une rue du XIIIe arrondissement.

C’est son ami, Albert Pétrot, conseiller municipal représentant le VIe arrondissement (quartier La Monnaie), déjà l’un des initiateurs du monument à la mémoire d’Auguste Lançon au cimetière du Montparnasse, qui, en 1892, fut à l’origine de cet acte de reconnaissance.

Son souhait était cependant que la mémoire d’Auguste Lançon soit préservée à proximité de là où il vivait et où il est mort, soit le quartier Montparnasse dans le XIVe arrondissement et plus précisément 68 rue Vandamme. Il proposa, avec d’autres, que l’impasse « de l’Enfant-Jésus », ancien nom de l’hospice des enfants malades, reçoive le nom d’Auguste Lançon.

Il ne fut pas suivi mais en 1893, le nom d’Auguste Lançon fut, avec ceux de Vergniaud, Wurtz, Guyton-de-Morvau, Vulpian, Paul-Gervais, Sthrau et Baptiste-Renard, mis à l’honneur par la Ville dans le XIIIe arrondissement.

Pour Lançon, c’est le secteur de la Glacière qui fut choisi : une rue à créer, devant faire la jonction entre la rue de la Colonie et le point de rencontre des rues de la Glacière et de Rungis c'est-à-dire là où était implantée la station Gentilly du chemin de fer de ceinture, qui allait être édifiée de toutes pièces sur les terrains remblayés des anciens « prés submersibles de la Glacière », cinq ou six mètres au-dessus du sol naturel, dans un paysage en pleine transformation d’où l’on s’efforçait d’effacer les vestiges de la Bièvre.

Le musée Carnavalet possède une tableau de Paul Léon Félix Schmitt (1855-1902) représentant la rue Auguste Lançon en 1898. (VOIR)

 



Lançon vu par...