Signature d'Auguste Lançon

Vente Lançon

Auguste Lançon - Vente de l'atelier

L’atelier d’Auguste Lançon

Le Siècle, 7 mars 1888

Hier, a commencé à l'hôtel Drouot la vente d'une collection de tableaux et dessins d'Auguste Lançon, l'artiste si regretté. La vente et l'exposition qui l’a précédée avaient attiré une foule très nombreuse. La collection se com pose de huit cents tableaux, dessins et eaux fortes, et remplit les salles 8 et 9 réunies.

Lançon a été un artiste très personnel. Élève de Picot, il se dégagea de bonne heure de l'école pour étudier librement. En 1861, à l'âge de vingt-cinq ans, il exposait au Salon sa première œuvre un portrait. Puis il exposa des animaux et des scènes militaires. Dans la collection qui se vend à l'hôtel Drouot, la plupart des toiles représentent des lions et des épisodes de la guerre. La Lionne en arrêt ; la Tranchée devant le Bourget ; la Dompteuse ; la Charge du 5e cuirassiers à Mouzon, 30 août 1870 ; le Repas des Tigres ;Après la bataille, 1870 ; etc.

Les sujets choisis par l'artiste avec une prédilection presque exclusive suffiraient à caractériser la nature de son talent, âpre, sobre, vigoureux et surtout sincère. Théophile Gautier a dit de ses batailles : « Ce sont des croquis dessinés d'après le vif par un brave artiste sur un carnet de voyage, à la suite d'une ambulance. C'est la vérité dans son horreur imprévue. L'artiste rend ce qu'il voit, rien que ce qu'il voit... il ne recherche ni la tournure, ni le chic, ni la mode... »

De tous les peintres et dessinateurs de l'Année Terrible, Lançon est un de ceux qui ont su en rendre avec le plus de vérité les épisodes glorieux ou tristes.

Il fallait bien évidemment lire "cimetière".

Rappelons, à propos de cette vente, qu'un comité d'artiste et de gens de lettres vient de se former pour élever à Lançon un monument à la gare Montparnasse.

La première vacation de la vente a eu-lieu hier. Des œuvres remarquables ont été acquises à des prix très modérés : Le 5e cuirassiers à Mouzon, 240 fr. ; Le Lion amoureux, 390 fr. ; Tigre dévorant un chevreuil, 225 fr. ; Après la bataille, 165 fr.