Signature d'Auguste Lançon

 A. Lançon : Avec l'armée du Rhin

La guerre de 70 : avec l'armée du Rhin

L'Illustration du 6 août :

Ce numéro comporte seulement deux dessins signés Lançon dont un s'inscrit dans la série des "Types et physionomies de l'armée du Rhin". S'agissant des correspondances, deux sont signées "L.". La première se réfère à un dessin de Gaildrau, la seconde, ci-dessous reproduite, à un dessin signé Lançon.
Lançon est-il toujours sur le terrain lorsque sort ce numéro ? On peut en douter dans la mesure où l'Illustration publiera la semaine suivante une scène parisienne illustrée par Lançon, intervenue sur les boulevards le 6 août. Peut-être avait-il été rappelé pour préparer son départ avec l'ambulance de la Presse ?

NOS CORRESPONDANCES

Metz…

En revenant du chemin de fer, hier soir, j’ai trouvé la grande place Royale littéralement encombrée de charrettes, de sacs amoncelés en tas, et d’hommes, jeunes et vieux, portant sur leur chapeau de feutre ou leur casquette une pancarte, avec cette inscription : 3e corps, train auxiliaire.

Bêtes et gens tombaient de fatigue. Ils étaient partis, la veille, de Verdun et des environs, apportant ici de l’avoine. Les jeunes charretiers sont des gardes mobiles qui feront ainsi leur service jusqu'à la fin de la guerre. Comme leur nombre était insuffisant, on avait dû tirer au sort parmi les cultivateurs ayant des charrettes. J‘ai échangé quelques mots avec l'un de ces derniers, un vieux de 65 à 70 ans, ayant la figure et le cou tannés. Celui-là, le sort ne l'avait pas désigné ; il servait en volontaire. Il a, parait-il, depuis 1815, une dent contre les Prussiens, et il ne serait pas fâché de leur rendre le mal qu'ils lui ont fait, à cette époque, à lui et à sa famille.

Les chevaux et les voitures, mis ainsi en réquisition, vont être estimés, et on tiendra compte aux paysans gardes-mobiles des pertes et des dégâts, après la campagne...

L.

Lançon illustrateur de l'actualité - La guerre de 70, le siège de Paris